Connexion

Fonds Paul Bonnenfant


 La « Collection photographique Paul Bonnenfant », objet de donation à Aix-Marseille Université, à l’Iremam et à la Médiathèque de la MMSH, est riche de son parcours de recherche dans le monde arabe et musulman (Algérie, Tunisie, Arabie Saoudite, Yémen, Egypte, Sultanat d’Oman…).

P. Bonnenfant a constitué le long de parcours de recherche une riche collection de photographies (20 000 diapositives en couleur, 4100 négatifs en couleur et 35 000 photos en noir et blanc) portant sur des terrains du monde arabe et musulman :  

- Royaume d’Arabie Saoudite (1974-1986),
- République du Yémen (1975-2004),
- Emirats du Koweït et du Bahrayn (1976),
- Emirat du Qatar, les Emirats d’Arabes Unis et le sultanat d’Oman (1976-1994),
- Maroc,
- Algérie,
- Tunisie,
- Libye,
- Egypte,
- Turquie,
- Iran,
- Pakistan,
- Inde.

  Ces photographies sont intimement liées à ses recherches et participent du dispositif d’enquête pour observer et étudier les transformations rurales, urbaines, économiques, sociales et culturelles des pays étudiés. Les thèmes qu’elles couvrent sont liés au domaine de l’anthropologie de l’espace et des dynamiques de changement et concernent :

- les mouvements migratoires des populations bédouines, sédentaires habitant des oasis ou des régions montagneuses,
- l’émergente d’une métropole internationale « Riyadh » et l’essor de villes petites et moyennes, 
- la circulation des hommes et des modèles architecturaux et décoratifs de l’art musulman et leur impact sur les villes étudiées (Sanaa, Zabîd, Luhayya…),   
- l’architecture vernaculaire,
- les pratiques de l’espace habité,
- la protection du patrimoine de Sanaa et de Zabîd.

Elles témoignent aussi du souci de Paul Bonnenfant de garder trace de ces patrimoines architecturaux et des savoir-faire artisanaux face au risque de l’oubli et face aux dangers d’une “ amnésie architecturale ”, comme il l’affirme. La préservation de ce patrimoine constituera, à partir de 1991, sa principale préoccupation de recherche. Il en résultera, entre autres la publication de Zabîd au Yémen. Archéologie du vivant en 2004 et Les Maisons de Zabîd. Eclat et douceur de la décoration en 2008. Ce fut pour lui l’occasion de réinvestir ses archives personnelles et ses carnets de terrains.

De ce souci naît également sa volonté de transmettre ses archives de recherche et sa bibliothèque et de les déposer à la Médiathèque qui en assure la conservation, la gestion et la mise à disposition. Il participe activement au suivi de la numérisation et au travail d’indexation et de contextualisation de ses matériaux.