Connexion

Ricard, Prosper

L'Estampille d'Etat


Il va sans dire que la fabrication des tapis n'est pas toujours égale, qu'elle peut être l'objet de certaines défaillances, ne serait-ce que dans le choix et le traitement des matières premières, ou encore dans la qualité des teintures; elle peut être enfin l'objet de contrefaçons. Aussi, pour conférer à cette fabrication une marque officielle d'authenticité et sauvegarder le renom de l'industrie marocaine, le gouvernement du Protectorat a-t-il institué une estampille d'Etat délivrée sous certaines conditions bien déterminées.
Cette estampille consiste en une étiquette rectangulaire de 13 centimètres sur 9, centrée d'un sceau de Salomon blanc sur fond vert, portant en haut l'inscription « Maroc » et en bas la désignation du type de tapis auquel se rapporte l'étiquette, celle-ci étant fixée dans un angle du tapis à l'aide d'un fil métallique arrêté par un plomb portant en relief : d'un côté le mot « Maroc », de l'autre le sceau de Salomon.
Non seulement cette estampille, quand elle est accompagnée d'un certificat d'origine, atteste l'authenticité marocaine, mais elle confère l'exonération des droits de douane, à leur entrée en France, aux tapis qui en sont munis, sous la réserve cependant d'être importés de la zone française de l'Empire Chérifien et sous pavillon français.
Les conditions d'octroi de cette estampille sont les suivantes :
1- Le tapis doit être à points noués, ou tissés, exécutés à la main, entièrement en laine parfaitement désuintée ou dégraissée, les fils de chaîne et de trame pouvant toutefois être en coton, et même admettre dans leur composition des poils de chèvre ou de chameau;
2- Le tapis ne doit comporter que des laines teintes avec des colorants de grand teint et se conformer, quant à sa composition, ses motifs et son coloris, aux caractéristiques définies, pour chaque type particulier, au « Corpus » officiel des tapis marocains.
Tout tapis, qu'il soit de fabrication manufacturée ou artisanale, peut donc recevoir l'estampille officielle. Cependant, une marque distincte supplémentaire, constituée par la surcharge « label artisanal » sur l'étiquette même de l'estampille, peut être apposée sur les tapis marocains dits de collection (pièces reconnues anciennes) et pour les seuls tapis de fabrication artisanale présentant les caractéristiques suivantes :
1- La chaîne, la trame ne peuvent être, suivant le type, qu'en laine, poils de chèvre ou de chameau;
2- L'exécution doit être entièrement manuelle et domestique en ce qui concerne tant la préparation de la matière première que le travail lui-même;
3- Le tapis doit être conforme au type et aux particularités techniques propres au lieu de fabrication (centre ou tribu).
Les Hanbels, sortes de tapis-couvertures tissés, peuvent aussi recevoir l'estampille s'ils comportent plus de 5 % de points noués : ils sont alors assimilés aux tapis.
La taxe d'estampillage est fixée à 1o francs par mètre carré. Comme on le voit, l'examen auquel donne lieu l'attribution de l'estampille d'Etat porte sur des caractéristiques traditionnelles bien définies, sur des techniques précises, ne laissant aucune place aux interprétations personnelles et aux jugements arbitraires.
Il est donc conseillé au public de n'acheter que des tapis estampillés, et aux vrais amateurs de rechercher des tapis dont l'estampille porte la surcharge « label artisanal » : garantie pour les acquéreurs d'entrer en possession d'authentiques spécimens du cru.