Connexion

Laoust-Chantréaux, Germaine

Caleçons


tarġiwin ; ṭebban
Ces sous-vêtements de laine tissés (parfois exécutés au tricot comme chez les Beni Warain) sont portés par les montagnards dans les régions ou l’hiver est particulièrement rigoureux.
Entièrement blancs chez les Oulad el-Farah de Tankrarant ils présentent dans le Djebel Ghat, chez les Aït Oumalou[1] une alternance de larges rayures noires et blanches ou brunes et blanches.
Ce vêtement est porté pendant tout l’hiver.

« Le ṭabban est par excellence, le vêtement des chasseurs et l’on dit qu’il permet aux Berbères qui chassent le mouflon de demeurer des heures à l’affût dans la neige jusqu’à mi-corps.

C’est à coup sûr, un vêtement d’origine fort ancienne et il est intéressant de noter qu’il se trouve représenté sur les dessins de certains vases étrusques[2] ».


 [1] 

 Aït Bou Guemmez, Aït Bou Oulli, Aït Wanergui. 

[2] Besancenot Jean, Costumes du Maroc, Planche 25, « Homme de l’Ouanergui portant le ṭabban », Édisud, 2000, p. 24.