Connexion

Laoust-Chantréaux, Germaine

Jellaba


ajellab ; tajellabit; ajejeb
 

Dans le Maroc septentrional la jellaba des Meknossa est rayée, brune ; celle des rifains est très courte (Guzennaia[1]).

L’ajejeb des Guzennaia

« Celle-ci, de laine marron très foncé, finement rayée, parfois noire aussi, est plus ou moins rehaussée de points brodés sur les coutures et de pompons de couleurs. On la portait autrefois, un bras passé dans l’encolure serrée à la taille par une forte ceinture de cuir ornée de motifs très colorés la ḏaġuet [2]».

« La jellaba (pl. jlaleb) qui est un vêtement de dessus à manches courtes, muni d’un capuchon est légèrement fendue dans le bas, sur le devant et les côtés (…)

(…) les hommes du peuple, eux, portent plutôt la jellaba rayée [3]»

Dans le Sud Marocain chez les Aït Khalifa du coude du Drâa la tajellabit est à courtes manches, rayée brune.

« Cette tajellabit est toujours reconnaissable aux dessins de son tissage, mais sa forme aussi est spéciale ; elle est fendue sur le devant comme un burnous, ce qui permet d’en rejeter les pans sur les épaules, sans engager les bras dans les manches afin de conserver la liberté des mouvements [4]».

 

 Jellaba (écossais)

 

 


[1] Gzenaya. La tribu de Gzenaya est située dans la région du Rif au Nord du Maroc. Délimitée au Nord par la Région d'alhoceima et Nador, au Sud par Taza (Tainaste), à l'Est par Ain Zorah et à l'Ouest par la région de taounate (Tahar souk). [Note de l’éditeur].

[2] Besancenot Jean, Costumes du Maroc, Planche 18, « Rifain », Édisud, 2000, p. 17.

[3] Besancenot Jean, Costumes du Maroc, Planche 1 « Citadin marocain portant la jellaba », Édisud, 2000, p. 3.

[4] Besancenot Jean, Costumes du Maroc, Planche 31 « Homme des Aït Khalifa », Édisud, 2000, p. 28.