Connexion

Laoust-Chantréaux, Germaine

Sacs d’arçon (chameau)


smatt (سماط)

Le sac d’arçon comprend deux poches reliées par deux bandes de tissu ménageant entre elles une large fente dans laquelle passe le dossier de la selle. Chaque poche retombe touche par côté sur les flancs du cheval. Cette forme est générale et le smatt répandu dans tout le Maroc où il n’est connu que sous ce seul nom.

Les sacs d’arçons sont partout décorés et de tissage soigné. Les plus renommés sont ceux des Zemmour et des Beni Mguild.

Chez les Beni Mguild on en distingue deux sortes, quant à la décoration :

  • à l’est un sac de tissage ras, généralement brun, orné de dessins horizontaux et de nombreuses paillettes comme la taġammust, agrémenté de tresses de laine, longues de 50 centimètres environ (iutaten de ut : frapper) ;

  • à l’ouest un smatt à dominante rouge et à décor blanc, disparaissant complètement sous des alignements verticaux de points noués rouges et bleus, continués par des iutaten de pompons offrant la même alternance de couleurs [1]».

Au Maroc oriental la décoration du smatt est de technique particulière et dépend de la chaine.

 
 
 
 

[1] Chantréaux Germaine, Les tissages décorés chez les Beni Mguild, Hespéris, 1945, p. 26.