Connexion

Laoust-Chantréaux, Germaine

Tapis


tazerbit - leqṭifa> tikdift.
tanakra (?) taḥlast (?) aberrašno
 

 

L’étude des tapis ayant fait l’objet de nombreux ouvrages on n’y revient ici que pour mention.

Passer sous silence les tapis citadins qui n’ont aucun caractère berbère pour ne considérer que les tapis ruraux formant plusieurs grands groupes.

a) Dans le Maroc Oriental :

- Tapis des Beni Bou Yahia et des Beni Bou Zeggou nettement apparentés à ceux d’Algérie par la décoration et le coloris (n’en différant que par la technique du point noué).

b) Dans le Moyen-Atlas

- Tapis Zaïan à dominante rouge,

- Tapis Beni Mguild et ses nombreuses subdivisions,

- Tapis Marmoucha.

c) Dans le Haouz de Marrakech

d) Chez les Aït Waouzguite

- Tapis des Lektana à fond noir coupé de losanges blancs ou à dominante jaune coupé de losanges noirs,

- Le tapis est fabriqué en général sur le flanc est du Siroua. Le principal centre de fabrication est Zazoult.

Le nombre de métiers se répartit ainsi :

  • Aït Tsoudia : 77 métiers.
  • Aït Khzama : 36 métiers.
  • Aït Tamassine : 35 métiers.
  • Aït Ameur : 29 métiers.
  • Aït Ouagherda : 25 métiers.
  • Aït Otmane : 20 métiers.
  • Aït Douchchen 15 métiers (tapis à fond blanc faits aussi à Taroudant).
 

Tapis citadins

 Maroc oriental  Maroc oriental  Maroc oriental
 

Tapis Aït Ouaouzguite

1- Ḥammel de haute laine de mêmes dimensions que le ḥammel de tissage ras (étroit et très long) ce tapis offre en général un fond losangé. Il n’est pas ou peu encadré quoique les plus modernes présentent une tendance à l’encadrement.

Ce tapis est à fond noir avec des dessins blancs relevés de quelques points rouges orangés verts ou bleus. Ce type de tapis est surtout fait à Tadrart.

Techniquement le point de haute laine n’est pas couché.

2- Tapis encadrés et à médaillon central plus riche polychromie – registres ordonnancés – points de haute laine couchés sur le tissage de fond.

Lieu de fabrication : Tazenakht et Aït Tamassine.