Connexion

Laoust-Chantréaux, Germaine

Nattes


aḥṣir (aḥlas – u(t)krus) ; Aḥṣir (Aït Youssi)
agertil, ajerṯil (Beni Alaham)
 
 
 
 

Suivant la matière employée on peut distinguer 3 groupes de nattes :

1- nattes en doum cordelé (tigezdemt),

2- nattes en alfa (agguri),

3- nattes en jonc.

Leur aspect est très différent. Ce sont

1- les nattes du Moyen-Atlas central et septentrional (doum),

2- les nattes du Moyen-Atlas Oriental (alfa),

3- les nattes citadines de Salé et Tétouan (jonc).

1- Nattes de doum (Beni Mguild, Beni Mtir, Guerrouane, Zemmour, Zaïan)

Ces nattes décorées de laine, suivant une technique étudiée sont de 2 sortes :

A- Les moins ornées (agertil bu-išeqfan) ne comportent que des bandes parallèles et horizontales ; les dessins en sont frêles et très polychromes (rouge, jaune vif, orangé, bleu, vert).

B- « Les nattes entièrement décorées (agertil imeḍli) offrent tantôt des motifs losangiques centrés ou symétriques suivant un axe médian, tantôt un large chevron horizontal ou vertical. La teinte dominante est toujours le rouge »[1]

2- Nattes d’alfa

Les plus renommées sont celles des Beni Alaham abatardées chez les Beni Warain (Ighezzane), les Aït Serghouchen de Sidi Ali, Harmoucha, etc.

Le décor géométrique est en alfa teint rouge garance et noir se détachant sur un fond d’alfa de teinte naturelle jaune paille.

Les nattes des Ahl Zaïda sont en alfa très grossier avec quelques dessins d’alfa teint.

Celles des Beni Smint, sous fraction des Beni Bahr, sont en alfa très (rebrodé ?) avec dessins de laine orange et bleu, le tissage en est très fin.

3- Les nattes de jonc (de Salé)

Elles sont également à décor géométrique merlonné en général.

 
 

 


 [1] Chantréaux Germaine, Les tissages décorés chez les Beni-Mguild, Héspéris, 1945, p. 11 (29).